Les blabla de Laura #2 : Les amis

Ça peut vous paraître très prétentieux ce que je m'apprête à dire mais je fais partie de ces personnes qui ont eu énormément d'amis durant leur jeunesse. Je ne prétends en aucun cas avoir été quelqu'un de populaire mais j'ai eu la chance (ou pas) d'avoir beaucoup d'amis durant mes années scolaires. 

Depuis que je suis en études supérieures ceci dit, les choses ont drôlement changés. On voit effectivement des gens dont on ne pouvait pas se passer devenir de parfaits inconnus et puis on voit d'autres personnes, pour qui notre intérêt n'était que moindre, devenir un peu plus importantes chaque jour. 

Aujourd'hui mon avis sur la question est assez mitigé. Ce serait effectivement vous mentir que de vous dire que je ne suis pas triste d'avoir perdu certain(e)s de mes ami(e)s. Il y a, en effet, quelques personnes qui deviennent vraiment importantes dans nos vies et dans des moments bien précis. Par exemple, au moment de la puberté. La puberté n'a effectivement rien de simple. Notre corps, notre esprit, notre façon de penser, tout change. Et dans ces moments-là, il y a toujours un groupe de personnes qui fait la différence. Ce groupe de personnes auquel on a tendance à se raccrocher, à se dire que sans elles, on aurait pas pu passer cette étape de notre vie. 

Pour ma petite histoire personnelle, je ne cesserai de le répéter mais mes années lycées ont été les plus belles. J'ai rencontré énormément de personnes, toutes très différentes les unes que les autres. Mais malgré nos différences, on a tous réussi à être amis. C'est ce que j'aimais chez nous. On avait pas vraiment de préjugés. Cependant, malgré le fait que j'ai eu tout un tas d'amis, on ne peut pas dire que toutes ces amitiés se valaient. J'ai effectivement eu des amitiés très sincères mais j'ai aussi eu des amitiés un peu plus platoniques. À la fin de notre année de Terminale, je me souviens de la tristesse que tout le monde ressentait. On s'était tellement habitué les uns aux autres que le fait de devoir se séparer, nous déchirait le coeur. On s'est donc promis de TOUS garder contact. 

Bien évidemment, l'inévitable est arrivé. Au bout de quelques semaines dans nos études supérieures respectives, les distances se sont installées pour ne laisser place qu'au néant de l'amitié. Sur le coup, c'est quelque chose qui fait très mal, on a même quelques difficultés à comprendre comment on en est arrivé là. L'adaptation n'a donc pas été facile, du moins pour moi.

Avec le temps, les années passées et la maturité gagnée, j'ai pris conscience de beaucoup de choses. Notamment en ce qui concerne les amitiés, toutes confondues. Il y a certaines personnes que l'on rencontre à des moments bien précis de nos vies et je pense que ce n'est pas pour rien. Ceci dit, il peut arriver (et ça peut paraitre regrettable) que ces amitiés prennent fin. C'est triste, ça fait mal. L'amitié n'est finalement pas si différente de l'amour. Mais comme toute histoire qui a une fin, il faut savoir y mettre un point final en ne gardant que le meilleur en tête. Rien ne sert de forcer les choses, rien ne sert d'alimenter une amitié qui n'a finalement, plus vraiment d'intérêt

Aujourd'hui, mon cercle d'amis a drôlement diminué et je ne m'en porte que mieux. Il faut simplement prendre conscience que la quantité ne fait pas la qualité. Un véritable ami vaut mieux que dix "faux amis". 
Love, 



Commentaires

Articles les plus consultés